Nos parties prenantes et la raison de leur grande importance

La résilience de la Banque Triodos est soutenue par un engagement proactif vis-à-vis de nos parties prenantes. Nous avons tiré profit de discussions ouvertes avec nos parties prenantes pendant de longues années et sous différentes formes - des « journées de la clientèle », auxquelles ont participé des centaines de clients de tous les pays au sein desquels nous sommes actifs, aux assemblées de détenteurs de certificats d’actions en passant par des enquêtes. Cependant, alors que certaines organisations interrogent leurs parties prenantes sur ce qu’elles devraient faire et agissent ensuite de la sorte, la Banque Triodos a une approche différente.

L’essence de la banque est le point de départ de tout ce que nous entreprenons. Il s’agit de notre identité propre, et elle est, dès lors, considérée comme l’une de nos parties prenantes. C’est aussi un élément essentiel dans les discussions engagées avec la communauté des parties prenantes dans son ensemble.

Dans ce contexte, outre les multiples interactions avec les parties prenantes durant l’année, nous suivons un processus formel d’analyse des questions les plus importantes à la fois pour nos parties prenantes et pour nous-mêmes. Cette approche suit les nouveaux standards de la Global Reporting Initiative, qui deviendront obligatoires en 2018 mais que la Banque Triodos a choisi d’appliquer d’ores et déjà dans son Rapport annuel 2016.

Les entreprises sont de plus en plus souvent encouragées à orienter leurs rapports de durabilité vers les questions qui sont fondamentales à leurs yeux, plutôt que de communiquer sur des thèmes très variés, dont certains n’influencent pas réellement leur impact global. Nous soutenons cette approche et les questions les plus importantes pour la banque sont mises en évidence dans l’analyse de matérialité ci-après. Celle-ci fait suite à des échanges structurés avec nos parties prenantes et à une réflexion au sein de la Banque Triodos elle-même.

Nos activités d’engagement ont clairement démontré que nos parties prenantes et la Banque Triodos attachent de l’importance à bon nombre de questions identiques, comme ce fut déjà le cas en 2015. Le changement le plus significatif est l’importance croissante accordée à la protection des données personnelles des clients, tant dans le chef de nos parties prenantes que de la banque elle-même. En outre, une attention particulière a été portée à la diversité au sein de l’organisation, particulièrement lors de l’assemblée des détenteurs de certificats d’actions, mais cela n’a pas impacté la perception du degré d’importance de cette problématique. Enfin, nous n’avons pas identifié d’enjeu revêtant une très grande importance pour une partie, et très peu pour une autre. Nous en concluons que les centres d’intérêt de la banque et de nos parties prenantes concordent. Dans le même temps, nos parties prenantes s’intéressent toujours plus à ce que nous faisons concrètement en tant qu’organisation, plutôt qu’à notre comportement responsable en tant qu’institution.

Les parties prenantes de la Banque Triodos peuvent être regroupées en trois catégories :

  • celles qui effectuent des transactions économiques avec la banque (par exemple, les clients, les détenteurs de certificats d’actions, les collaborateurs et les fournisseurs) ;
  • celles qui n’effectuent pas de transactions économiques avec la banque, mais s’y intéressent de près d’un point de vue sociétal (par exemple, les ONG, les gouvernements, les médias et les communautés qui bénéficient de nos financements) ;
  • celles qui nous apportent de nouvelles idées et connaissances (par exemple, des conseillers et des sources d’inspiration), nous incitant à réfléchir, à repenser et à explorer de nouveaux territoires.

Cette année, l’analyse de matérialité comprend les résultats d’une enquête réalisée auprès des détenteurs de certificats d’actions dans tous les pays au sein desquels la banque est présente, ainsi que d’une réunion avec des représentants des trois catégories de parties prenantes de la banque, qui s’est déroulée au siège social de la Banque Triodos. Ce que nous avons retiré des échanges avec un certain nombre de parties prenantes lors d’événements (notamment des événements spécifiques pour tel ou tel secteur dans différents pays) fait également partie de l’analyse de matérialité.

Les résultats de cette analyse font apparaître que les parties prenantes de la Banque Triodos veulent et espèrent qu’elle demeure un leader de la finance durable, sa stratégie reflétant et appuyant cette mission. De plus, les investissements d’impact (combinant les crédits aux entreprises durables et les investissements dans celles-ci) et l’offre de services financiers durables sont toujours considérés comme très importants à la fois par la Banque Triodos et par ses parties prenantes. En 2016, la politique d’engagement de la banque a également mis en évidence l’importance d’une prise en conscience accrue des responsabilités à assumer en ce qui concerne les chaînes d’approvisionnement de nos fournisseurs. Nous partageons la préoccupation de nos parties prenantes d’adapter, si nécessaire, notre approche vis-à-vis du risque afin d’accroître notre impact global. Notre focalisation sur l’innovation constitue, en partie, une réponse à cet objectif commun.

Matrice de matérialité en 2016

Matrice de matérialité (graphice)

Selon cette analyse, nos parties prenantes jugent important que la Banque Triodos fasse figure de chef de file dans le secteur bancaire fondé sur les valeurs. Nous considérons également que la Banque Triodos doit jouer un tel rôle et servir de référence dans le secteur bancaire : influencer le débat sur la manière d’améliorer le système bancaire, par exemple, nous permettra d’accroîtra notre impact. En outre, nous partageons la priorité citée par nos parties prenantes d’aider nos clients emprunteurs à accroître encore leur durabilité. On en trouvera des exemples, en ce compris des entretiens avec certains emprunteurs, dans le chapitre consacré à l’impact.

Contrairement à ce qui se produit dans les grandes banques traditionnelles, la rémunération reste une préoccupation relativement mineure pour nos parties prenantes et pour la banque. Ceci se reflète vraisemblablement dans la satisfaction exprimée vis-à-vis de l’approche privilégiée par la Banque Triodos en matière de rémunération et laisse à penser que sa politique est bien comprise. Ainsi, la Banque Triodos n’offre aucun bonus et l’écart entre le salaire le plus bas et le salaire le plus élevé est relativement faible. Les parties prenantes continuent, par ailleurs, de juger importants les efforts fournis par la Banque Triodos en vue de maximiser son rendement social. Pour des informations plus détaillées sur notre politique salariale, notre rôle en tant qu’employeur responsable et pour une analyse plus approfondie des résultats, veuillez consulter le rapport social.

Nous exploiterons directement les résultats de cette activité d’engagement auprès des parties prenantes, ainsi que les exemples cités ici, dans le développement de nos objectifs stratégiques. Plus largement, ces résultats fournissent également des informations sur ce que nous avons accompli durant l’année et serviront de référence pour de nouvelles idées ainsi que pour le développement de l’activité existante. Nous avons l’intention, à plus long terme, d’approfondir notre activité d’engagement auprès des parties prenantes de manière générale. Ceci avait été planifié pour 2016, mais seuls des progrès limités ont été accomplis. Nous en ferons davantage en 2017, en particulier en alignant davantage les engagements et les résultats des succursales et du siège social. Le travail réalisé en 2016 servira de base à ces évolutions futures.