L’unité dans la diversité

Pour la Banque Triodos, cette approche signifie, dans la pratique, que lorsque nous sommes actifs dans un pays, nous souhaitons développer des relations étroites avec les secteurs que nous avons sélectionnés au sein de l’économie réelle. Nous sommes une banque européenne, avec des succursales en croissance, qui sont actives et collaborent dans cinq pays ayant leur culture propre. Les principes durables qui sont le fondement de notre travail bénéficient de cette diversité. Cela se vérifie tant au plan géographique, dans les pays où nous sommes présents (Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni, Espagne et Allemagne), qu’en termes de secteurs où nous sommes actifs. En outre, fin 2012, la Banque Triodos a encore renforcé sa diversité en ouvrant un bureau de représentation en France.

Toutes les succursales sont responsables de la collecte de capitaux dans leur pays, ce qui s’est vérifié une nouvelle fois en 2012. Ces capitaux sont cruciaux parce qu’ils nous permettent d’octroyer davantage de crédits à des entreprises développant une économie plus verte et plus juste. Notre objectif est également de collecter suffisamment de dépôts pour couvrir nos activités de crédits dans ces pays. En effet, partout où nous sommes présents, il existe un besoin de transformer l’économie pour la rendre plus durable.

La mise en place d’un réseau de succursales nationales, bien connectées entre elles et autosuffisantes, nous permet de valider le fait que notre modèle est durable, cohérent, et fonctionne dans chacun de nos marchés. Les pays où nous sommes présents ont été confrontés à de nombreux défis tout au long de l’année. Toutes nos succursales, collectivement et individuellement, ont réussi à faire face à ces problèmes. Le lien étroit que la Banque Triodos entretient avec l’économie réelle, ainsi que ses relations profondes et directes avec les clients, se sont traduits, en 2012, par une hausse du bilan de plus de 20%, une augmentation de capital de 96 millions d’euros et près de 82.000 nouveaux clients. Depuis le début de la crise bancaire en 2008, la taille de la Banque Triodos a plus que doublé.

Ces chiffres ne sont que la partie visible de l’histoire de la Banque Triodos. Ses clients voient en elle une banque solide, transparente, dont la collecte directe de dépôts et l’octroi de crédits aux entreprises représentent le cœur de métier. En conséquence, toutes ces parties prenantes –épargnants, emprunteurs ou investisseurs – nous font confiance et savent que nous gèrerons leurs finances efficacement.

Ils constatent que nous établissons des relations qui ont du sens dans les secteurs durables où nous sommes actifs. En tant que banque, nous connaissons les entreprises auxquelles nous octroyons des crédits et dans lesquelles nous investissons, ce qui nous permet de contrôler les risques de manière efficace. Cette approche, ainsi que la diversité géographique et sectorielle sur laquelle notre modèle est basé, ont permis à la Banque Triodos de développer un modèle solide et résilient.

Un modèle opérationnel solide

Il est prouvé que cette approche fonctionne, non seulement pour la Banque Triodos, mais aussi pour les autres banques dont le modèle est basé sur les valeurs et ce, partout dans le monde. Au cours de l’année, la Global Alliance For Banking on Values (GABV), un réseau de plus en plus populaire de 21 banques durables, cofondé par la Banque Triodos en 2009, a publié une étude comparant la performance de banques durables à celle des plus grandes banques du monde entre 2002 et 2011. De manière délibérée, cette étude ne se limite pas aux années de crise (à partir de 2008) mais inclut la période antérieure durant laquelle les grandes banques ont enregistré des résultats vertigineux.

Dans presque chaque domaine financier clé, les banques durables présentent des performances supérieures aux grandes banques mondiales les plus réputées, octroyant proportionnellement davantage de crédits, enregistrant une croissance plus forte et bénéficiant de meilleurs ratios sur le plan du capital. Cette étude a notamment démontré que les banques durables consacraient aux crédits une plus grande part de leur bilan que les grandes banques. Le rapport entre les crédits et l’actif au sein des banques durables représente près du double de celui des grandes banques (respectivement 72% et 41%) au cours de la période étudiée.

Une nouvelle écologie bancaire

Il s’agit d’un facteur important parce qu’il remet en question l’idée – communément admise – que la taille est synonyme de succès, en particulier lorsqu’on regarde la situation à travers le prisme étroit de la maximisation des profits. Cela démontre également que le secteur bancaire a besoin de davantage de diversité et contredit l’idée que la seule façon de survivre est de devenir grand. Si nous souhaitons que le secteur financier puisse, à l’avenir, éviter les pénuries du passé – et, plus important encore, aide à créer une économie plus équitable, plus saine sur le plan environnemental, soutenable et prospère –, nous avons besoin d’un système bancaire diversifié, s’appuyant sur un riche écosystème de banques, de tailles différentes, géographiquement proches de leurs clients et spécialisées sur le plan sectoriel.

La Banque Triodos comme d’autres assurent cette diversité: l’économie n’est pas différente de la nature, où la biodiversité crée une meilleure résilience. Les banques plus petites ont un rôle vital à jouer dans cette recherche d’équilibre, nourrissant un environnement bancaire différent, adapté aux besoins du futur.