Impact en Arts et Culture

Motivation

L’expression créative personnelle est un besoin fondamental de l’être humain, qui lui permet de forger et de préserver sa dignité. L’art peut exprimer ce que l’on ne peut pas dire avec des mots. Il existe quantité d’exemples frappants de personnes qui, vivant dans des conditions difficiles, par exemple privées de leurs libertés, trouvent d’autres moyens de s’exprimer à travers l’art et la culture.

Dans des circonstances moins extrêmes, l’art et la culture exercent une fonction relativement basique, offrant des satisfactions à la personne comme à la collectivité. Au niveau individuel, ils peuvent inspirer et encourager le changement, tant pour l’artiste que pour son public. Pour la société dans son ensemble, l’art peut jeter des ponts par-delà les divisions et créer des liens entre les individus et les groupes. De façon plus générale, il existe de nombreux exemples d’effets économiques positifs de l’art et de la culture pour les villes.

La vision de la Banque Triodos

Un secteur culturel vivant ne peut pas entièrement dépendre des subventions gouvernementales, mais doit développer des formes de financement plus diversifiées. La Banque Triodos souhaite jouer un rôle de catalyseur pour cet entrepreneuriat culturel.

Nous souhaitons investir dans des artistes, des institutions et des entrepreneurs culturels créant des liens importants avec la société. Leur travail doit être à la fois accessible, novateur et ambitieux. La Banque Triodos estime qu’il est essentiel que les institutions assurent un lien entre expressions artistiques de haut niveau et large accessibilité. L’art s’entend alors comme un investissement dans la vitalité de la société dans ses différentes composantes : nations, villes, villages, quartiers.

Il existe plusieurs manières d’établir des liens positifs avec la société. Non seulement en attirant un public plus large, mais aussi en initiant, en tant qu’institution culturelle, des relations avec d’autres parties, qu’il s’agisse d’entreprises, d’institutions sociales ou de banques. Des liens peuvent être tissés d’autres manières encore, par exemple lorsque des artistes professionnels se joignent à des amateurs.

La Banque Triodos joue un rôle de pionnier dans le financement des arts et de la culture, investissant dans l’innovation et le déploiement de projets. Même les entreprises ne se préoccupant que dans une mesure moindre de la qualité de vie, critère habituel pour obtenir un financement de la Banque Triodos, mais qui démontrent leur ferme intention de renforcer ces liens, entrent en ligne de compte pour un financement. La Banque Triodos peut, par exemple, décider de collaborer avec un groupe musical se concentrant au départ sur un auditoire restreint et régulier, mais déployant parallèlement de sérieux efforts pour devenir plus largement accessible. Cette stratégie peut aussi se concrétiser dans le financement d’un théâtre qui génère la plus grande partie de ses revenus grâce à des productions populaires et utilise ensuite une part de ces bénéfices pour produire des œuvres moins accessibles. Évaluer les intentions des entrepreneurs est un processus qu’il est difficile de traduire dans des critères mesurables. C’est la raison pour laquelle la Banque Triodos entretient une discussion permanente sur le processus d’évaluation et les décisions de financement. La banque noue des relations durables sur le long terme avec ces entrepreneurs. Il est important que ces derniers n’optent pas pour la Banque Triodos uniquement pour des raisons financières. Une relation à long terme donne à la banque l’opportunité de faire vraiment la différence et de coopérer en partenariat avec l’entrepreneur, lui apportant des idées pour l’aider à réaliser ses objectifs à long terme. Dans ce processus, le réseau de la Banque Triodos apporte une valeur ajoutée évidente. Il rassemble les entrepreneurs dans un environnement de confiance leur permettant d’apprendre les uns des autres.

Il va sans dire que la décision de financer un projet est obligatoirement précédée d’une évaluation de la solvabilité de l’entrepreneur. Seuls ceux représentant un investissement financier responsable sont susceptibles d’être financés. Toutefois, les questions financières et celles qui ont trait au contenu des projets sont traitées ensemble lors des délibérations de la Banque Triodos. Cette approche se justifie notamment par le fait qu’un entrepreneur culturel capable de produire une œuvre revêtant de l’importance sur le plan social a plus de chances d’attirer l’intérêt du public et donc de générer de meilleurs résultats financiers.

L’action de la Banque Triodos

La Banque Triodos investit dans le secteur culturel depuis de nombreuses années. Sur les trois dernières décennies, elle s’est forgé une solide réputation en tant que bailleur de fonds d’artistes individuels, de groupes d’artistes et d’institutions culturelles. Pour beaucoup d’établissements de crédit, les artistes présentent trop de risques pour que l’on puisse leur consentir un prêt ou leur faire crédit. Toutefois, l’expérience de la Banque Triodos vient contredire cette idée.

Au 31 décembre 2012, la Banque Triodos avait financé 591 projets dans le secteur Arts et Culture. Le nombre de personnes assistant à un spectacle n’est pas le seul critère de mesure de sa valeur, mais donne une indication de l’ampleur de l’impact des fonds que la Banque Triodos consacre à la culture. En 2012, les activités de financement de la Banque Triodos ont permis à 5,7 millions de personnes (6,8 millions en 2011) de se rendre au théâtre ou dans un musée en Europe.

La diminution du nombre total de visiteurs et de spectateurs s’explique en grande partie par des changements dans le portefeuille de crédits accordés au secteur culturel par la succursale espagnole. Le nombre de projets artistiques et culturels qu’elle a financés a baissé en 2012. Cependant, les crédits octroyés par la succursale espagnole ont représenté des montants plus importants et son impact a augmenté dans le secteur cinématographique et télévisuel, où elle n’était pas présente auparavant. Ceci lui permettra vraisemblablement d’augmenter son impact en 2013 et en 2014, les spectateurs étant de plus en plus nombreux à se rendre au cinéma et à regarder des programmes de télévision.

Les chiffres

Télécharger XLS

2012
Montants en milliers d’euros

Prêts Arts
et Culture

Cultuurfonds

 

 

 

Nombre de projets

591

28

Montant total

135.991

91.527

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2011
Montants en milliers d’euros

Prêts Arts
et Culture

Cultuurfonds

 

 

 

Nombre de projets

591

26

Montant total

114.780

118.228